Un voting populaire initié par François-Michel Lambert en faveur du cannabis

légalisation chanvre france

La commercialisation du cannabis relève incessamment d’un débat houleux tout comme sa consommation. Pour avancer les pions vers une légalisation de cette substance considérée jusqu’à présent comme stupéfiant, François-Michel Lambert apporte activement sa part. Initiateur de la proposition de loi en date du 11 juillet 2019, ce parlementaire LEF ou liberté Écologie Fraternité adhère à la mission d’information sur le cannabis et ses impacts.

S’inscrivant toujours dans la même optique de la légalisation du cannabis, après le rapport parlementaire est mise en avant une consultation populaire. Ce député écologiste a initié une campagne sur les réseaux sociaux pour recueillir l’avis citoyen sur le sujet. Cette enquête sollicite avec humour la participation du plus grand nombre sur cette thématique du cannabis objet de litige jusqu’à présent.

Outre la considération du cannabis comme agent euphorisant, ses vertus dans de nombreux domaines ont également été prouvées à maintes reprises. Seulement, la majorité de la population tombe dans l’ignorance de ces atouts thérapeutiques et écologiques. Pour élucider ces mystères et donner un coup de pouce à l’éclosion du CBD « chanvre bien-être » dans l’Hexagone, le député écologiste a usé des grands moyens.

La légalisation du cannabis : un débat politique hexagonal

En effet, la plaidoirie en faveur de cette substance considérée par l’autorité de protection de la santé publique comme nocive n’en finit jamais. Devant l’attente du plus grand nombre de sa légalisation, le rapport parlementaire mentionnant l’usage et les vertus du cannabis promet également des résultats positifs.

Intitulée cannabis récréatif, cette consultation populaire a attiré l’intention des internautes. Apparemment, la communication en image montée en toute pièce par l’équipe du parlementaire FM Lambert a fait ses preuves.

Des raisons pertinentes pour y participer

La participation à la consultation sur le cannabis récréatif selon le député Lambert repose sur trois bonnes raisons.

D’un côté, une raison philosophique, car elle est synonyme pour le citoyen d’une affirmation de sa liberté individuelle face à l’autorité étatique. D’après lui, la question ne traite pas de la consommation ou non de stupéfiant, mais laisse à chaque adulte un choix conscient.

À côté de cette raison philosophique s’aligne une cause juridique. La loi régissant ce domaine est considérée comme archaïque, mais continue quand même à contraindre la liberté individuelle. Ces dispositions ont donc été considérées comme liberticides vu que l’usage de la molécule de cannabis comme agent thérapeutique ne date pas d’hier. De plus, l’organisation mondiale des Nations unies a confirmé cet effet thérapeutique le 2 décembre 2020. Donc, pour mieux encadrer et répondre aux besoins d’évolutions de la législation, les modifications dans ce domaine seront les bienvenues.

Enfin, la dernière et non le moindre est la raison politique. Rien de plus pertinent pour manifester le pouvoir populaire que la participation au voting cannabis récréatif. Une législation pointée du doigt comme hypocrite, car elle est répressive alors que la consommation du cannabis en France bat les records dans toute l’Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *